ACTUALITÉ COVID-19

Article publié le 01.04.2020

Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent

Image post

Alors que le nombre officiel de décès dans les Ehpad depuis le début de la pandémie est toujours inconnu, le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé le 28 mars 2020 aux « établissements de type Ehpad de se préparer à aller vers un isolement individuel de chaque résident dans les chambres » pour limiter la propagation du coronavirus pour les 700 000 personnes âgées réparties dans les Ehpad de France. 

Pour chaque directeur ou directrice d’établissement, cela signifie donc qu’il doit prendre toutes les mesures nécessaires de précaution et se retrouve face à un questionnement d’ordre éthique :

  • soit appliquer un confinement complet avec une interdiction des sorties individuelles, mesure parfois inévitable mais réellement difficile à mettre en œuvre sans entraver le droit d’aller et venir des résidents et leur état de santé moral et physique ;
  • soit trouver, lorsque cela est possible, des alternatives parfois difficiles à porter.

Maintenir le lien social en temps de confinement  

Pour les Petits Frères des Pauvres, cette mesure de confinement souvent incontournable pour limiter la propagation du coronavirus, peut aussi entrainer des conséquences graves sur la santé des personnes âgées : irréversibilité des effets causés par une immobilité, capacités musculaires dégradées liées à la station allongée prolongée et aggravation des états dépressifs et syndromes de glissement… Autant de situations qui interrogent les professionnels.

Maintenir le lien social par toutes les modalités de communication à distance est la priorité des Petits Frères des Pauvres depuis le début de cette pandémie. Mais comment faire quand le personnel commence à manquer et qu’on ne peut plus s’appuyer sur des bénévoles ou autres soutiens, interdits d’entrée ?

Pour Fabrice Lafon, directeur des établissements des Petits Frères des Pauvres, « Afin de faciliter l’exercice des missions des équipes et garantir la qualité de vie des résidents, la mise à disposition des moyens de protection nécessaires et de dépistage systématique s’impose au plus vite ».

logo

ACTUALITÉ COVID-19

Article publié le 01.04.2020

Mesures de confinement individuel dans les Ehpad : les Petits Frères des Pauvres s’inquiètent

Image post

Alors que le nombre officiel de décès dans les Ehpad depuis le début de la pandémie est toujours inconnu, le ministre de la Santé Olivier Véran a demandé le 28 mars 2020 aux « établissements de type Ehpad de se préparer à aller vers un isolement individuel de chaque résident dans les chambres » pour limiter la propagation du coronavirus pour les 700 000 personnes âgées réparties dans les Ehpad de France. 

Pour chaque directeur ou directrice d’établissement, cela signifie donc qu’il doit prendre toutes les mesures nécessaires de précaution et se retrouve face à un questionnement d’ordre éthique :

  • soit appliquer un confinement complet avec une interdiction des sorties individuelles, mesure parfois inévitable mais réellement difficile à mettre en œuvre sans entraver le droit d’aller et venir des résidents et leur état de santé moral et physique ;
  • soit trouver, lorsque cela est possible, des alternatives parfois difficiles à porter.

Maintenir le lien social en temps de confinement  

Pour les Petits Frères des Pauvres, cette mesure de confinement souvent incontournable pour limiter la propagation du coronavirus, peut aussi entrainer des conséquences graves sur la santé des personnes âgées : irréversibilité des effets causés par une immobilité, capacités musculaires dégradées liées à la station allongée prolongée et aggravation des états dépressifs et syndromes de glissement… Autant de situations qui interrogent les professionnels.

Maintenir le lien social par toutes les modalités de communication à distance est la priorité des Petits Frères des Pauvres depuis le début de cette pandémie. Mais comment faire quand le personnel commence à manquer et qu’on ne peut plus s’appuyer sur des bénévoles ou autres soutiens, interdits d’entrée ?

Pour Fabrice Lafon, directeur des établissements des Petits Frères des Pauvres, « Afin de faciliter l’exercice des missions des équipes et garantir la qualité de vie des résidents, la mise à disposition des moyens de protection nécessaires et de dépistage systématique s’impose au plus vite ».